Page d'accueil > Nouvelles > 31/10/2017
WEB SMR
Témoignage: Ma vocation réparatrice Soeur Claire du Canadá
 

Ma vocation : un appel…une réponse

 

Quelques jours précédant ma première communion, des circonstances douloureuses sont survenues et m’ont attristée.  Le matin de ma première communion,  ma mère me dit : «Le plus beau cadeau que tu vas recevoir aujourd’hui, c’est JÉSUS!»  Et j’ai cru à sa parole… Après avoir communié,  je me suis sentie habitée  par  la présence de Jésus dans mon cœur qui me demandait de l’aimer totalement …Dans ma naïveté, je lui ai répondu: «Jésus, je ne sais pas ce que c’est qu’une religieuse, mais je serai religieuse un jour, si c’est ta Volonté.» Les années ont passées et de temps à autre, la Parole de Dieu m’interpellait  «Suis-moi!»  «Que sert à l’homme de gagner l’univers s’il vient à perdre son âme?»  «Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie…»

En 11e année, avec les élèves de ma classe, nous sommes allées faire une retraite à la Maison de Marie Réparatrice de Montréal. En entrant dans la chapelle, où le Saint-Sacrement était exposé, j’ai entendu au fond de moi : « C’est ici que je te veux…» J’ai poursuivi mes études et décidai de travailler 2 ans, avant d’entamer des démarches pour la vie religieuse. Ma vie de jeune fille s’est déroulée simplement, me permettant de gagner mon argent, de sortir avec des amis(es), d’aller au cinéma, de goûter une certaine liberté, jusqu’au jour où j’ai senti un moi un vide immense et alors je me suis souvenue de ma promesse… Une retraite de fin de semaine encore au Couvent de Marie Réparatrice me permit de bien discerner mon désir et de choisir la communauté qui répondrait à mes aspirations.

Tout d’abord, je ne voulais pas enseigner, ce qui attrista mes professeures Religieuses de Ste-Croix et Sœurs de l’Assomption de la Ste-Vierge qui auraient voulu me voir entrer dans leur Congrégation. Puis, j’avais des cousines chez les Sœurs du Sacré-Cœur, mais je voulais entrer dans une Congrégation où je ne connaissais personne. Je ne me sentais pas appelée à une vie purement contemplative, car j’avais besoin de relations humaines et d’apostolat. Mon désir était d’entrer dans une Congrégation Mariale, qui aurait un attachement spécial à Marie, une possibilité d’adorer Jésus devant le St-Sacrement exposé et un apostolat qui me mettrait en relation avec mes frères et sœurs. C’est donc à Marie-Réparatrice que j’ai trouvé la réponse à mes désirs : des moments de prière personnelle et de contemplation, des heures de prière communautaire et des temps pour enseigner la catéchèse, accompagner les personnes dans les retraites, les préparations aux sacrements. Après plus de 55 ans dans la Congrégation, je travaille comme accompagnatrice psycho-spirituelle, dans Évangélisation des Profondeurs, de Simone Pacot et je me sens tout à fait en lien avec notre charisme de  Réparation. Au no.6 de nos Constitutions, il est dit; «…réparer, restaurer en l’être blessé par le péché, (le mal, la souffrance), l’image de Dieu qu’il porte en lui...» C’est  un des objectifs de EDP : «retrouver notre identité première de fils et filles de Dieu.»

Je rends grâce au Seigneur pour son appel et pour la grâce qu’il m’a accordée de lui répondre. Sa Présence dans ma vie est ma Joie et mon Réconfort!      

 Sr Claire, smr