Page d'accueil > Nouvelles > 25/09/2018
WEB SMR
Follow us in FaceBook
200ème Anniversaire
Dernières Nouvelles
Vocations Projets SMR

Priez avec nous






    Cliquez ici

PENSÈE DU JOUR
Mère Marie de Jésus
  • " Si Dieu devient notre grande et continuelle occupation, rien ne nous gênera; ne nous contrarier que ce qui gêne et contrarie Notre Seigneur. "

Calendar
<< Décembre 2018 >>
DimLunMarMerJeuVenSat
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Le Pérou ? Une expérience inoubliable ! Je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner ! Et plus précisément de retourner à la Ensenada
 

Le Pérou ? Une expérience inoubliable ! Je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner ! Et plus précisément de retourner à la Ensenada !

Pourtant, à première vue, ce n’est pas vraiment un lieu qui fait rêver : le ciel est toujours gris, il n’y a pas de soleil, (pas beaucoup de chocolat non plus !) aucune végétation, et le bidonville…eh bien, il ressemble bien à un bidonville avec toutes ces petites cabanes bringuebalantes. Mais ça c’est seulement ce que voient les touristes qui ne s’y arrêtent pas plus.


Nous, nous avons découvert que dans ces cabanes, dans les rues de ce bidonville, on trouve des gens accueillants et chaleureux malgré leur pauvreté, des gens qui s’émerveillent d’une simple visite qu’on leur fait, des enfants à qui il est si facile de faire plaisir par des nouveaux jeux. C’est très émouvant de voir comme il est facile de faire plaisir dans ce bidonville où la vie est on ne peut plus simple. J’ai toujours dans mon esprit l’image de la señora Ricardina qui affiche un énorme sourire et tend son pouce en avant, tellement heureuse qu’on lui reconstruise sa maison.

D’ailleurs, lorsque nous sommes arrivés, nous n’avions aucune idée de comment visser, ou couper une planche, nous n’avions que notre bonne volonté et une motivation à tout casser : eh bien imaginez qu’à la fin des deux semaines, on a fini de construire une nouvelle maison en bois !

On s’est très vite senti accueilli, que ce soit par les Sœurs grâce à qui on se sentait comme en famille, ou aussi par les gens de la Ensenada : tout le monde se dit bonjour dans la rue (ça change de la France !)

J’ai aussi été impressionnée par nos talents de bilinguistes : avec un groupe international, on est bien obligé de parler une autre langue que la sienne, mais nos faibles niveaux n’ont pas empêché d’avoir un groupe soudé et qui me manque déjà !

Bref, une expérience du tonnerre qui n’a eu qu’un inconvénient : d’avoir été trop courte !

Véronique