Page d'accueil > Nouvelles > 25/05/2008
WEB SMR
49° congrès eucharistique international à Québec en juin 2008
 
Le 49e Congrès eucharistique international qui se déroulera à Québec du 15 au 22 juin 2008 se veut un véritable ressourcement eucharistique :

• Pour approfondir le thème central :
L’EUCHARISTIE, DON DE DIEU POUR LA VIE DU MONDE
dans une démarche spirituelle formatrice et stimulante ;

• Pour marquer le caractère universel de l’Église ;

• Pour témoigner du Christ toujours vivant et présent dans l’Eucharistie.

CONTEXTE
L’année 2008 marque le 400e anniversaire de la Ville de Québec, premier établissement français permanent en Amérique. Des Français de foi profonde, désireux d’évangéliser les Amérindiens et d’offrir un soutien spirituel aux premiers colons, sont bientôt rejoints par les missionnaires récollets en 1615, et jésuites en 1625. Avec les Ursulines et les Augustines arrivées en 1639, ils posent ensemble les bases de l’Église catholique en Nouvelle-France. En 1658, monseigneur François de Laval est nommé évêque de la Nouvelle-France.

ORIGINE DU CONGRÈS
En 2001, le maire de Québec, à l’époque M. Jean-Paul L’Allier, demandait à Mgr Maurice Couture, alors archevêque de Québec, de prévoir une participation importante de l’Église catholique aux fêtes du 400e anniversaire de Québec. De là a germé l’idée que Québec pourrait être l’hôte du 49e Congrès eucharistique international.

La décision de tenir le congrès aurait été prise en 2004 lorsque le cardinal Edouard Gagnon suggéra à Jean-Paul 11 de célébrer le congrès eucharistique international à Québec en l’honneur du 400e anniversaire de la fondation de la vieille capitale du Canada.
Le thème du congrès Don de Dieu pour la vie du monde, est en rapport avec la devise de Samuel de Champlain, fondateur de la ville, qui est Don de Dieu feray valoir.

PRÉPARATION SPIRITUELLE

Arche de la Nouvelle Alliance

Pour lancer la préparation au 49e Congrès eucharistique international, une mobilisation de jeunes adultes a été amorcée dans le cadre de ressourcement et d’échange, appelée Montée jeunesse. En mai 2005, des jeunes se rappelant la Croix des JMJ, ont exprimé le désir qu’un objet symbolique parcoure le pays en préparation au Congrès eucharistique international de Québec. Pour y donner suite, un comité composé de jeunes de Québec et de Montréal a reçu le mandat de concevoir ce symbole religieux préparatoire au congrès. Le Comité organisateur, qui assiste le cardinal Marc Ouellet dans la définition des grandes orientations du Congrès eucharistique international 2008, a accueilli la proposition des jeunes avec enthousiasme, et proposé le nom symbolique, Arche de la Nouvelle Alliance. Alain Rioux, ébéniste-sculpteur de la région de Québec reçoit la proposition du projet en septembre 2005. Il conçoit les dessins et commence la réalisation de cettre œuvre. L’Arche de la Nouvelle Alliance qui prend la forme d’un petit bateau est faite de bois franc provenant d’un peu partout à travers le monde.

Cette œuvre d’art tranche non seulement par la qualité de sa réalisation mais surtout par la richesse de sa symbolique. La création de cette œuvre originale veut donc favoriser une animation variée en lien avec les trois grands objectifs du Congrès eucharistique : des objectifs catéchétique, liturgique et d’engagement au nom de sa foi. Aussi, sur une base évoquant la coque d’un bateau repose un coffre enrichi par des icônes référant à des passages de l’Évangile. Les représentations iconographiques pourront ainsi servir de support pour des catéchèses sur l’eucharistie. Le dessus du coffre est aménagé pour recevoir soit le livre de la Parole, soit un ostensoir avec la présence réelle, permettant de s'adapter à différentes modalités de prière liturgique. Finalement, l’Arche est conçue pour accueillir les formules d’engagement des fidèles pour la transformation du monde. L’Arche de la Nouvelle Alliance mesure environ 1m.de longueur, 60 cm. de largeur et 60 cm. de hauteur. Grâce à sa forme, elle peut être déplacée assez facilement et intégrée à divers décors et lieux. Deux longs bâtons s’insèrent de chaque côté pour créer des poignées afin que quatre personnes puissent porter l’Arche, qui pèse environ 40 kg, en procession ou dans d’autres circonstances. Pour ce pèlerinage final, une structure sur roues a été créée afin de faciliter le transport extérieur.

D’un océan à l’autre…
Bénite par le pape Benoît XV1, en présence de tous les évêques du Québec en visite ad limina à Rome, en mai 2006, elle a d’abord été accueillie à la Montée-Jeunesse, où près de 400 jeunes adultes de toutes les régions du pays s’étaient réunis à Québec. Ils recevront la mission d’accompagner l’Arche de la Nouvelle Alliance et de rassembler toutes les générations autour de Jésus-Christ.

À partir de la fin mai 2006, et jusqu’à
l’événement du Congrès eucharistique
en juin 2008, l’Arche de la Nouvelle
Alliance entreprendra son long
pèlerinage au coeur de l’activité pastorale
de l’Église du Québec, du Canada et
même à l’étranger. Partout où on lui a fait
place, l’Arche de la Nouvelle Alliance
a rassemblé les Canadiens et
Canadiennes par des célébrations
liturgiques et des événements communautaires. Elle a été accueillie dans les églises, les communautés religieuses, les écoles, les centres communautaires, les résidences pour personnes âgées, les lieux publics, les résidences privées, etc

DÉROULEMENT DU CONGRÈS

Légat Pontifical : Le Saint-Père a nommé le cardinal Jozef Tomko, Légat Pontifical pour les célébrations du 49e Congrès eucharistique international. Le cardinal Tomko est président émérite du Comité pour les congrès eucharistiques internationaux.

Président : A titre d’archevêque de Québec, M. le cardinal Marc Ouellet
est président du Congrès. Le cardinal Ouellet a voulu que le congrès
de Québec soit un moment de rassemblement pour les chrétiens
du continent américain. Près de 15 000 personnes de plusieurs pays
et 50 cardinaux sont attendus.

Le congrès ouvrira le 15 juin avec un spectacle musical de Gen Verde et une messe dans l’après-midi. Les laudes seront chantées le matin suivant, l’évêque de Washington, Donald Wuerl, et le conférencier Jean Vanier prononceront un discours.

Le 17 juin le cardinal de Lyon et primat des Gaules Philippe Barbarin doit parler aux personnes venues célébrer. Plusieurs chants et ateliers accompagnent le congrès pour approfondir sur le sacrement. Les autres conférenciers prévus sont Jorge Mario Bergoglio, Luis Antonio Tagle, José Prado Flores, Christian Tumi, Elisabeth Nguyen Wong, Nicolas Buttet et Marguerite Barankitse.

Des repas, des réconciliations, des soirées de prières auront lieu jusqu'au 19 juin, lorsqu'une procession sera organisée dans les rues de Québec. Le cardinal Ivan Dias sera l'invité d'honneur le 20 juin.

A l’horaire de ce même jour, au Colisée de Québec, est prévue l’ordination au presbytérat de 12 diacres : deux du diocèse de Québec, huit de la famille Marie-Jeunesse, un diacre dominicain et un autre à venir. Le congrès se conclura le 22 juin avec une célébration statio orbis et une animation musicale.

Les thèmes de la programmation de chaque jour sont éloquents sur l’intention du Congrès d’être un lieu de formation spirituelle et de stimulation : L’Eucharistie, don de Dieu par excellence ; L’Eucharistie, Mémorial du mystère pascal ; L’Eucharistie édifie l’Église, sacrement du salut ; L’Eucharistie, Vie du Christ dans nos vies ; L’Eucharistie et la mission ; Témoins de l’Eucharistie au cœur du monde.

Les célébrations du congrès eucharistique se dérouleront principalement au centre des foires d’ExpoCité de Québec, nommé Cité eucharistique pour l’événement. La messe de clôture sera célébrée sur les Plaines d’Abraham.

Ce sera le deuxième congrès eucharistique international sur le sol canadien. Quelques-unes de nos sœurs de la Région se font une joie d’y participer.
Le congrès eucharistique de Québec se tiendra 98 ans après le grand Congrès eucharistique de Montréal de 1910.

Faut-il rappeler qu’à l’occasion de ce congrès, deux réparatrices étaient venues en pèlerines : l’une de Rome (MM de Ste-Domitilla, française) et l’autre de France (MM du Bx Gonzalès). Elles avaient le mandat de la Rév. Mère Marie de St-Maurice d’approcher l’évêque de Montréal, Mgr Paul Bruchési, relativement à l’implantation de la congrégation au Canada.

Et, le Parc Jeanne-Mance, sur le versant est du Mont-Royal, où le congrès s’était déroulé se trouvait être l’environnement où serait érigé quelques annés plus tard, notre maison du Mont-Royal.

Vœu
Souhaitons et prions afin que cette grande célébration du congrès eucharistique renouvelle la foi endormie des chrétiens du Québec et soit une semence afin que de plus en plus d’ouvriers et d’ouvrières viennent à la vigne du Père, car « la moisson est abondante et les ouvriers sont peu nombreux ».

Huguette Dubois, smr
Le 11 mai 2008.