Page d'accueil > Nouvelles > 08/07/2008
WEB SMR
Pèlerinage sur les pas d’Emilie - 16-20 juin 2008
 
Le 16 juin 2008 dans l’après-midi, un petit groupe arrive chez nos sœurs de la rue Broustin à Bruxelles. Accueil chaleureux avec un bon goûter bien apprécié après la route. Voici l’écho d’un « pèlerinage aux sources » SMR international où étaient représentés six pays différents !

Les soeurs Ernestine RASOANJANAHARY, Francis NAKINTU et Eudoxie RAZANADRABAO sont venues en train de Strasbourg, Micheline ROSSIGNOL, Antoinette CHEBET et Marie-José BUGUGNANI en voiture de Paris. Nous retrouvons sur place Maria Luisa Antolin venue participer elle aussi au pèlerinage !

Sans trop tarder, nous repartons toutes, en deux voitures avec S. Gabrièle HUBER dans la maison d’accueil des franciscains : « Au chant d’oiseau ».
C’est Gabrièle qui nous pilote pendant ces trois jours et Micheline donne les indications pour en faire un vrai pèlerinage. Retour aux racines, sur la terre qui a vu naître Emilie, au sein d’une famille, dans le contexte politique, social et ecclésial de la Belgique en 1818. Retour à l’expérience spirituelle qui fut la sienne le 8 décembre 1854. Nous avons pu profiter de la messe à l’église paroissiale tenue par les franciscains. Chaque soir, nous nous retrouvions pour relire la journée et donner les pistes pour le lendemain.
C’est ainsi que nous avons eu la joie d’aller à Soumagne, dans l’église où elle fut baptisée, les fonts baptismaux sont toujours là - au château de Wégimont, actuellement grand domaine culturel pris en charge par l’état , au château de Warfusée où vivent des descendants de son frère Théodore – à Bauffe, où l’on on peut encore pénétrer à l’intérieur de l’espace que fut la chapelle (grâce à la gentillesse du garde forestier qui est passé avec la débroussailleuse avant notre arrivée) – au château de Presles habité par les descendants de son frère Charles.
Le troisième jour, Gabrièle nous a fait profiter de la ville de Bruxelles et nous sommes allées rendre visite à nos sœurs de la résidence « Magnolia », forts heureuses de ces retrouvailles. Bons moments fraternels entre générations et cultures différentes.

Tous ces lieux peuvent faire comprendre un peu comment le Seigneur a parlé au coeur d’Emilie, les affections qu’elle a vécues, ce qui l’a influencée, les choix radicaux qu’elle a faits.
Et puis, nous avons toutes ressenti que maintenant, cela est entre nos mains.
Les murs peuvent tomber, c’est à nous SMR qu’il revient de transmettre ce que nous avons reçu d’elle.

_________________
Micheline Rossignol